fbpx
RETOUR SUR L’INTERVIEW DE REDFOX FINANCE POUR LE DISPOSITIF ACTIV’ENTREPRENDRE

REDFOX FINANCE : Retour sur l’interview d’ACTIV’ENTREPRENDRE

By | Actualité REDFOX FINANCE

Le vendredi 12 octobre, Pierre Durey, le fondateur de REDFOX FINANCE, s’est prêté au jeu des questions-réponses aux côtés de sa mentor, Esther Wallet-Rozen, organisé par Activ’Entreprendre, organisation du MEDEF Lyon-Rhône. 

 Le MEDEF Lyon-Rhône lance en 2008 le dispositif Activ’Entreprendre qui permet à de jeunes entrepreneurs lyonnais de bénéficier des conseils et du soutien de chefs d’entreprise expérimentés dans les premières étapes de la vie d’une jeune entreprise. 

Pierre Durey a ainsi intégré ce réseau il y a plus d’un an, accompagné par Esther Wallet-Rozen, expert-comptable et commissaire au compte au sein du cabinet Pyramide Conseils. 

 « Le MEDEF est le premier syndicat patronal agissant dans l’intérêt des entreprises. Le MEDEF prend part aux négociations sociales et intervient sur les décisions fiscales et règlementaires qui pèsent sur les entreprises. » 

 Dans le cadre fabuleux de la Villa Maïa (Lyon 5e), les interviews filmées se sont enchainées toute la matinée sous les derniers rayons de soleil du mois d’octobre. L’approche d’Activ’Entreprendre pour cet exercice était de collecter des témoignages de jeunes entrepreneurs et de leurs mentors afin de recueillir leurs ressentis sur ces rencontres et collaborations. Ces vidéos de quelques minutes serviront de véritables supports de communication pour le réseau Activ’Entreprendre qui s’agrandit d‘année en année. 

Fin novembre, les inscrits au MEDEF Lyon-Rhône et la promo 2018 se retrouveront pour échanger, partager et découvrir les témoignages lors de la deuxième édition du Sommet International de la Gouvernance. 

 REDFOX FINANCE a pu s’imposer sur le marché du financement des bons de commande des TPE et PME grâce au soutien de nombreux professionnels qui ont cru au projet et au fondateur. 

Dans son rôle de mentor, Esther Wallet-Rozen a su accompagner REDFOX FINANCE en apportant un oeil neuf et totalement désintéressé sur le service REDFOX FINANCE. Son avis extérieur, son écoute et sa patience ont été indispensables : ce soutien a permis un partage de connaissances et d’expériences pertinentes dans l’avancée de la jeune start-up lyonnaise. 

Pierre Durey et Esther Wallet-Rozen continuent de se voir et de partager l’aventure entrepreneuriale REDFOX FINANCE autour d’un café, tous les mois. 

interview redfox finance pour Activ’Entreprendre

néobanque

Introduction aux Néobanques

By | Culture Tech

 La  néobanque est l’évolution de la banque en ligne en devenant un établissement 100% mobile. Les néobanques sont des « Fintech » innovantes qui permettent de piloter toutes les fonctionnalités du compte en banque à distance, grâce au smartphone. 

Une néobanque vient directement faire concurrence aux banques en ligne et aux banques physiques. L’expérience de la néobanque révèle de nombreux avantages pour ses clients et vient disrupter le monde de la finance. 

Exemple de néobanques : Revolut , N-26, Anytime, ou encore Qonto.

 Commençons par les avantages : 

  • L’ouverture d’un compte est plus flexible que pour les banques en ligne. Pas besoin de justifier ses revenus pour profiter des différentes offres proposées. 
  • La carte bancaire – MasterCard, Visa – est gratuite. Elle permet de faire les transactions les plus courantes (retraits et achats en ligne ou chez un commerçant). 
  • Plafonds de retraits ou de paiement en CB, changement de code PIN, blocage ou déblocage de sa carte bancaire… tous ces services sont accessibles immédiatement par l’utilisateur sans passer par un conseiller. 
  • La gestion est plus ludique : l’application mobile est à portée de main de l’utilisateur. Elle présente de nombreuses fonctionnalités innovantes pour gérer ses comptes et sa carte bancaire. 

 On observe quelques inconvénients : 

  • S’inscrire sur une néobanque ne permet généralement pas d’être en position de débiteur. Les banques mobiles acceptent rarement les découverts. 
  • Les néobanques sont de plus en plus nombreuses sur le marché, il devient compliqué de savoir les différencier. 
  • Les banques mobiles sont limitées au compte courant. Il ne vous sera pas possible de souscrire à des produits d’épargne comme par exemple un livret ou une assurance-vie. 

 

 

 

affacturage : avantages et inconvénients

Affacturage : Avantages et inconvénients

By | Conseils et Astuces

Qu’est ce que l’affacturage ? 

Définition du mot 

L’affacturage est une méthode de financement et de recouvrement de créances pouvant être utilisée par une entreprise et qui consiste à confier à un organisme tiers (un établissement de crédit spécialisé) la gestion de ses créances afin d’en obtenir, entre autres avantages, un remboursement anticipé.

Concrètement, une entreprise qui choisit d’opter pour l’affacturage décide alors de confier toute la gestion administrative des créances à un affactureur et s’évite ainsi toutes les démarches nécessaires pour obtenir le remboursement des créances effectuées auprès d’autres entreprises (l’affacturage ne peut être utilisé pour des créances de particuliers). Autrefois, le recours à l’affacturage était synonyme de mauvaise santé financière pour une entreprise, traduisant la recherche impérative de nouvelles liquidités. Aujourd’hui, cette méthode se présente davantage comme une solution d’externalisation des tâches administratives.

définition par le JDN (https://www.journaldunet.fr/business/dictionnaire-economique-et-financier/1198639-affacturage-definition-traduction/) 

 

Qui sont les sociétés d’affacturage?

 

Palmarès des sociétés d'affacturage par produit net bancaire

 

Il faut les séparer en deux catégories :

La première l’affacturage par les banques. La seconde par des « fintech ».

Les banques: Chaque banque possède son service d’affacturage. Celui de la BNP s’appelle « BNP PARIBAS FACTOR », celui du CREDIT AGRICOLE, EUROFACTOR ou encore celui de la SOCIETE GENERALE : SOCIETE GENERALE FACTORING.

NATIXIS FACTOR est le FACTOR du groupe BPCE ( BANQUE POPULAIRE et CAISSE D’EPARGNE.).

C’est structures là représentent 95% du marché de l’affacturage en terme de volume sur la France.

Les « fintech »: 

FINEXKAP (société Française) ou EDEBEX (structure Belge) opposent une très belle résistance sur le marché.

Mais quelle est la différence entre la banque et ces « fintech »?

Revenons sur la définition par le JDN de ce service. Pour compléter cette définition on pourrait ajouter :

L’affacturage n’est pas nouveau. Il est proposé par des sociétés spécialisées, appelées « factors », souvent filiales de banques traditionnelles. Mais, ce service est traditionnellement réservé aux structures importantes et tend à se démocratiser vers les PME. « L’affacturage est un secteur en pleine expansion qui croit de 10% à 15% par an et représente 290 milliards d’euros de factures achetées en France par an. Mais il n’y a que 30 000 TPE et PME qui y ont recours. 80% du volume provient de grandes entreprises », commente Cédric Teissier, co-fondateur et CEO de Finexkap.

En cause, un produit historiquement peu adapté aux entreprises de petite taille de part sa complexité. Monter un dossier peut prendre 4 à 6 semaines . Par ailleurs, pour les TPE, les créances cédées ne représentent souvent que quelques milliers d’euros. Un montant insuffisant pour les établissements de crédit qui ne rentabiliseraient pas les coûts d’acquisition d’un contrat d’affacturage. 

Toutefois, l’affacturage est en cours de démocratisation. Depuis que Finexkap ou EDEBEX sont arrivées sur le marché, les sociétés de factor bancaires ont essayé de rendre les procédés plus simples. Mais à l’exception du Crédit Agricole, qui a lancé Cash in Time, les établissements ont encore des offres trop contraignantes .

Ces jeunes pousses proposent aux petites et moyennes entreprises de leur céder leurs factures. Elles obtiennent ainsi directement leur argent mais en échange s’acquittent d’intérêts, dont le taux moyen atteint 2,5%. 

Elles proposent un service souple et sans engagement. 

En savoir plus sur https://www.cbanque.com/actu/69038/affacturage-quand-les-fintechs-depoussierent-les-services-pour-les-pme#uQEf8UjFXHvveqjt.99

Retrouvez EDEBEX et FINEXKAP sur leurs sites web pour plus d’informations.

Mais si on devait résumer, Quels sont les avantages et les inconvénients de l’affacturage ? 

  1. Les Avantages

  • Permet l’élimination du risque d’impayé

Une société d’affacturage prend en charge à 100% le montant total des créances clients. Il n’y a pas de mauvaises surprises, les factures sont entièrement honorées.

  • Rapide et protège le financement 

En comparaison à un crédit bancaire traditionnel, l’affacturage est une solution de financement rapide et sans risques puisqu’elle crédite le compte de son client en 48h, c’est à dire à la réception des factures, et ce sans réduire ou supprimer la ligne de financement en cas de dégradation de l’entreprise.

  • Permet de mieux évaluer le risque client 

En faisant appel à ce service d’affacturage, vous autorisez la société à évaluer vos clients. 

Ainsi, vous bénéficiez d’une connaissance accrue de vos partenaires et des risques encourues en travaillant avec eux. 

  • Facilite la gestion de la trésorerie 

Pour une entreprise, la bonne gestion de sa trésorerie est essentielle. Il est important d’honorer ses propres créances dans les délais impartis, et ce n’est pas toujours chose facile, notamment pour les petites structures, qui sont en manque de trésorerie. L’affacturage permet donc à l’entreprise de reconstituer sa trésorerie sans avoir recours à un quelconque emprunt bancaire. 

  • Allège les charges administratives 

En déléguant la gestion administrative à une société d’affacturage, les entreprises diminuent leurs coûts financiers et leurs charges du personnel. 

  1. Les Inconvénients 

  • Un service coûteux

Cette prestation bénéficie d’un tarif élevé. Quel que soit l’offre mise en place par la société d’affacturage, le cout important de ce service est à prendre en compte dans es marges par le chef d’entreprise 

  • Peut dégrader la relation clients

Déléguer peut être une bonne chose, mais dans la relation clients il faut faire attention. En effet, dans ce cas là, l’entreprise perd sa relation privilégiée avec son client. Cela peut avoir un impact sur sa relation commerciale et donc directement sur son chiffre d’affaires.

  • Peu flexible

Souvent, les société d’affacturage rédige des contrats à long terme avec leurs clients, ce qui les poussent à faire financer la totalité de leur compte clients par la société. 

  • Peut dégrader la gestion de recouvrement des créances 

Les sociétés d’affacturage ne font pas la différence entre une entreprise qui à deux clients ou une entreprise qui en a des centaines. Elles traitent tous les dossiers de la même manière et  ne s’adaptent donc ni au volume d’affaire ni au secteur d’activité du client ce qui peut entrainer, pour l’entreprise,  à une dégradation des rapports avec ses clients. 

Bref une solution intelligente pour améliorer son Besoin en Fond de Roulement (BFR) et son ratio de délai client (DSO) tout deux important pour conserver une bonne capacité d’endettement auprès de nos amis banquiers. Si toute fois cette alternative ne vous convient pas, rendez-vous sur REDFOX FINANCE.

 

Fintech : Petit tour d’horizon des nouveaux acteurs financier

By | Culture Tech

Qu’est qu’une Fintech ?

Définition

 Fintech : n.f : contraction des mots « Finance » et « Technologie ». 

Ce terme désigne une entreprise, généralement une start-up, qui évolue dans le secteur de l’innovation technologique applicable aux services financiers et bancaires. Entreprise innovante, plutôt jeune, elle fournit ainsi des services financiers généralement de façon plus efficaces et moins chers. 

La « Fintech » est donc reconnue pour son approche disruptive dans l’univers où elle évolue (crowdfunding, crowdlending, néobanque…). 

En France et en Europe, c’est à partir de 2015 que cette révolution apparaît dans le secteur de la banque, de la finance et de l’assurance. 

On distingue alors aujourd’hui, plusieurs familles :

  •  La Fintech « crowdfunding » ou financement participatif comme Bolden, 
  •  La Fintech « crowdlending » ou le prêt de particuliers à particuliers comme Prosper.com, 
  •  La Fintech de financement & crédit comme Redfox Finance
  •  La Fintech des monnaies virtuelles dont la plus connue est le système de Bitcoins, 
  •  La Fintech du paiement électronique via son smartphone ou sur Internet comme Lydia, 
  •  La Fintech « digital banking » qui viennent modifier le secteur bancaire comme Qonto. 

(Liste non exhaustive) 

Elles font parties d’un secteur en pleine expansion et s’étendent sur de nombreux marchés comme les Insurtechs (exclusivement dans le secteur de l’assurance) et les Regtechs (des entreprises qui proposent des solutions technologiques pour répondre aux contraintes réglementaires et de conformité des acteurs bancaires) notamment.

On assiste en France à l’apparition d’un écosystème dédié aux start-up liées à la finance . 

Les investissements dans les « Fintechs » au cours du premier semestre 2018 s’élèvent à 57,9 Mds US$ dans le monde. L’Europe se démarque donc comme première région en montant d’investissements dans les « Fintechs » : 26 Mds US$, suivi de près par l’Asie et les États-Unis. 

Du côté de la France, on constate 218 Millions € levés à travers 34 opérations seulement, ce qui confirme ainsi l’attrait des investisseurs (données recueillies dans « Pulse of Fintech France S1-2018 » de KPMG). 

Ce que l’on sait moins sur la Fintech ? 

C’est donc la tendance du moment et tout le monde semble s’intéresser à ce mouvement. Il ne faut pas oublier cependant que c’est un univers qui demande beaucoup de rigueur et qui est cerné par les régulateurs et de nombreuses obligations. Il faut ainsi savoir être innovant et disrupter mais toujours rigoureux ! 

 

les français et les fintech

4 conseils pour mieux gérer sa trésorerie

Trésorerie : 4 conseils pour mieux la gérer.

By | Conseils et Astuces

La croissance d’une entreprise est en partie basée sur la gestion de sa trésorerie. En effet, pour avoir une entreprise en pleine santé il faut pouvoir y investir et ainsi développer au mieux la structure.

Avant toute chose, que signifie le terme « trésorerie » ?

La trésorerie d’une entreprise correspond au solde restant entre les opérations d’encaissement et de décaissement sur une période donnée. En d’autres termes, il s’agit de la somme disponible sur le compte bancaire de la société. 

Voici donc quelques conseils pratiques pour gérer au mieux sa trésorerie.

Premier conseil :  Établir un carnet de bord 

Afin de pouvoir prévoir au mieux les moyens d’actions à mettre en place,  il faut connaître avec précision les encaissements et décaissements à venir. Bien gérer sa trésorerie c’est donc avant tout savoir anticiper. 

Ce carnet de bord, ou tableau de bord, permettra ainsi de renseigner l’état de santé de l’activité et d’estimer le niveau de trésorerie de l’entreprise. Il sera également l’occasion d’organiser les relances suite à des impayés. 

Deuxième conseil : Maîtriser la négociation client et fournisseur 

Lorsqu’une entreprise est en bons termes avec ses clients et fournisseurs, les problèmes de trésorerie sont moins récurrents. En effet, maitriser l’art de la négociation, permet, certains avantages comme obtenir des facilités de paiements par votre fournisseur ou des délais de règlement plus longs, par exemple.

Troisième conseil : Savoir gérer ses dépenses 

Organiser ses propres dépenses c’est s’assurer le contrôle de sa trésorerie. 

Pour cela il faut évidemment connaître ses réels besoins mais également savoir les quantifier. Pas questions de faire des économies sur tout, mais limiter ses coûts et dépenser intelligemment reste la clé du succès. 

Quatrième conseil : Faire des réserves de trésorerie 

Pour gérer efficacement sa trésorerie il faut savoir mettre de l’argent de côté. Et d’autant plus, quand les affaires sont florissantes. Prendre cette habitude c’est donc garantir à la société un avenir certain en se couvrant de toute baisse d’activité. 

Conclusion 

Savoir gérer sa trésorerie est une qualité essentielle de tout chef d’entreprise. Car même si une entreprise est en pleine croissance, son manque de trésorerie lui empêchera d’honorer ses commandes. Une choses est sûre, le fruit de la réussite pour une entreprise reste l’anticipation. 

Si toute fois nos conseils ne suffissent pas, rendez-vous sur le site ou inscrivez-vous sur la plateforme REDFOX FINANCE pour ne plus avoir utiliser votre trésorerie pour payer vos marchandises.

 

Infographie conseils pour gérer sa trésorerie